Maison Folie Hospice d'Havré

Photo Hospice d'Havré, Tourcoing - L'entrée et la cour

Près de 150 photographies de ce lieu historique de Tourcoing au fil des 5 articles que nous lui avons consacrés : le catalogue photos le plus riche du Web illustrant cette Maison Folie Hospice d'Havré.

Notre but : vous donner envie d'aller explorer vous-mêmes ce qui constitue, avec l'Église Saint Christophe, un des lieux patrimoniaux les plus remarquables de Tourcoing.


Bonne visite




  • 100 rue de Tournai, Tourcoing.
  • Quartier Centre Ville.
  •  Téléphone : 03.59.63.43.53 (secrétariat, renseignements) ou 03.20.26.89.03 (Office de Tourisme)
  • Monument Historique, Lieu de Spectacles et d'Expositions, Jardin public, Direction des Affaires Culturelles, Centre d'Histoire Locale
  • Possibilité de fournir son email au secrétariat pour être personnellement informé de toutes les actualités, événements, programmations...
  • Location de salles pour événements divers, professionnels (réunions, formations, séminaires...) ou privés (mariages, anniversaires, etc.) : capacités 15 à 120 personnes
  • Entrée libre tous les jours de 13h30 à 18h (fermé le mardi, les jours fériés et en août)
  • En plein Centre Ville
  • Restaurant Le Paradoxe attenant
  • Le Facebook du lieu
  • Voir sur Google Maps


Plan de l'Hospice



Cliquez sur les liens ci-dessous, ouvrant les divers articles richement illustrés que nous proposons :

2 - Aile du Réfectoire - XVIIè siècle ➡️ voir notre article Cloître
3 - Salle de Lecture - XVIIIè siècle ➡️ voir article Cloître...
4 - Salle de réunion
5 - Salle d'exposition ➡️ ... idem...
6 - Salle de réunion
7 - Patio ➡️ ... idem...

9 - Salle de spectacle de 107 places
11 - Restaurant Le Paradoxe
12 - Mail planté d'arbres
13 - Logements
14 - Cour
15 - ➡️ Calvaire





Pourquoi le nom "Maison Folie" ?

Les "Maisons Folies" sont un héritage de "Lille 2004", année où Lille fut désignée Capitale Européenne de la Culture. De nombreux lieux Arts & Spectacles de la Métropole et de la Belgique ont émergé à cette occasion, tous dénommés "Maison Folie".

Une Maison Folie n'est pas qu'un lieu d'expositions ou de concerts, c'est encore un espace ouvert à des pratiques moins conventionnelles, par exemple des conférences, des séances de méditation en groupe, des ateliers créatifs ouverts au public (adultes et enfants)... Il s'agit d'ouvrir la Culture pour la rendre plus accessible, populaire et interactive, ceci dans un but d'égalisation sociétale (culture pour tous) répondant à l'aspiration "Égalité" de la devise "Liberté, Égalité, Fraternité".

Salle de concert et de théâtre (artistes locaux et internationaux), vernissages et expositions (sculpture, peinture, photographie, installations contemporaines), salle de lecture et rencontres organisées avec des écrivains, débats, ateliers créatifs (écriture, dessins, arts plastiques...), le tout en centre ville et dans un cadre historique, rénové et agréable.


Cause Étymologique

De manière plus érudite, étymologique, académique, folie vient du latin folia-folium dont les sens premiers sont relatifs à l'univers botanique (feuille, pétale, rameaux, branche, feuillages) mais dont un sens lointain et figuré désigne les frivolités, les caprices, les bagatelles dit le dictionnaire Gaffiot, les réjouissances selon le dictionnaire Trévoux :
Dictionnaire latin Gaffiot : « Folia → folium. Folium : feuille, feuillage (...) Fig. bagatelle. »
L'historien et écrivain tourquennois Jean Christophe (pseudonyme de Jeau Odoux), aidé du docteur es-Lettres Fernand Carton, parle de folia en terme de résidence d'agrément, ce qui s'approche encore plus de la Maison Folie :
Jean Christophe : « Ce nom [Folie], du latin "folia", signifiait résidence d'agrément. À Paris on connaît les Folies-Bergères, qui ne sont plus aussi agrestes que jadis... » (Jean Christophe, Si les rues de Tourcoing m'étaient contées, Frère 1972, page 8) : NB soit J. Christophe ajoute par erreur un "s" à Bergères des Folies-Bergère, soit il s'agit d'une coquille de l'imprimeur Georges Frère.
La Noblesse, depuis la fin 18è siècle, appelait Folies les maisons de plaisance où elle s'organisait des fêtes, des concerts, spectacles ou ballets. Au siècle suivant, ces Folies deviennent plus populaires et désignent, suivies du nom du lieu où elles se situaient, les salles de spectacle, les cabarets, des quartiers : Folies Marigny, Folies Nouvelles, Folies Saint-Antoine, et Folies Bergère, du nom de la rue Bergère.


Photo Hospice d'Havré, Tourcoing - Grille d'entrée rue de Tournai



Pourquoi "Hospice d'Havré" ? Histoire

À la base, il s'agit d'un Hospice, fondé au Moyen Âge, au XIIIè siècle, en 1260, grâce au don d'une Comtesse, Dame Mahaut de Guines (Guînes ou Guisnes, originellement orthographié Ghisnes).

Classiquement, un hospice est un bâtiment religieux destiné à héberger les religieux voyageurs ou à fournir hospitalité aux pèlerins ou aux voyageurs laïques (errants, gens de la route). Celui-ci accueillait plus spécifiquement les pauvres, les malades de Tourcoing (à noter que Tourcoing existait donc déjà à cette époque). Ces derniers y recevaient soins, pitance et abri.


Plaque explicative adossée au Manoir

Les actes de fondation du XIIIè siècle ont d'ailleurs été retrouvés aux Archives départementales et ils stipulent que le don de la Dame vaut pour toujours (a tous iours) pour les pauvres. En effet, la donation est approuvée par son neveu Arnoul III (mentionné Ernous ci-dessous) dont voici l'acte écrit indiquant mainte fois la perpétuité du don :
Arnoul III, avril 1260 : « Sacent tout cil ki sont et ki avenir sont [Que sachent tous ceux qui sont aujourd'hui et à l'avenir] que jou [moi] Ernous, [Arnoul] cuens de Ghisnes, chastelains de Bourbourt pour Dieu et pour le salut de m'ame et de mes ancisseurs, et espesciaument a le requeste me chiere antain Mahaut de Ghisnes, jadis contesse de Saint Pol, les cuinc bouniers et demi de tere [les 5 bonniers et demi de terre] ke li devant dite Mahaus a acatés en le parroche de Torcoing [paroisse de Tourcoing] et donnés pour Dieu et en aumosne a le communité des povres de la parroche de Torcoing, feules, vieus et cartriers a departir a aus les fruis et les proufis de cele tere par le pourveance le prestre et des eschievins de Torcoing. Cel don, jou le gre et octroi et le conferme [Ce don, je l'agrée et l'octroie et le confirme] come ses sires et ses oirs par tel manière ke le demi bounier ki gist dales le crois ke on apele le croix le commistre, sour quoi leurs manoirs est fais, jou le franchis a tenir a tous iours apres le deces me dame Mahaut m'antain devant noumée de mi et de men oir cuitement et en pais de toutes rentes et tailles et services, sauve me signerie et me justice si ele i echiet dedens cel demi bounier de tere ke jou retieng a mi et a men oir a tous iours. Et les autres cuinc bouniers de tere on les tenra et doit tenir del signeur de Torcoing a tous iours as us  et as coustumes ke on a tenu les autres communes teres de le vile, dusques autant que ces letres furent faites, sans alever noveles coustumes ne nouviaus usages en leur grevance ke iou leur quit des ores en avant, sauf cou ke on ne pora ne ne devra livrer point de leurs teres hergerghier ne pour faire hostes ne sour hostes, ne soufrir ne le voel [on ne pourra pas disposer de leurs terres à autres usages]. Et por cou ke ce soit ferme chose et estaule a tous iours, jou ai ces presentes letres confermées de men scel et le gre come sires. Ce fut fait en l'an de l'Incarnation Nostre Signeur mil deus cens et sixante el mois d'avril. » Archives Départementales du Nord,  fonds de l'hôpital de Tourcoing,  2II H I.


Au XVIIè siècle, un établissement d'enseignement pour filles et un couvent, Notre Dame des Anges et sa chapelle, sont fondés dans le même ensemble, qui continue cependant à assurer l'accueil des malades, en s'éloignant toutefois de sa vocation première, altruiste (ce qui fut à l'origine de quelques différends entre les uns et les autres...).

Au XIXè, les lieux deviennent un Hospice Général ouvert aux orphelins, aux pauvres, infirmes, aux malades incurables, aux vieillards isolés et aux vieux ménages. De nouveaux bâtiments sont construits pour assurer ces accueils.

Au XXè siècle, l'ensemble n'héberge plus que les malades incurables et les personnes âgées puisque d'autres établissements ont émergé ailleurs pour se répartir ces charges, sous l'impulsion de Gustave Dron, le maire de l'époque. Tout prend fin en 1998 puisque les structures modernes et laïques assurent désormais l'intégralité de cette vocation de soin et d'encadrement. La ville de Tourcoing achète alors les bâtiments et y crée un espace culturel : notre Maison Folie Hospice d'Havré.


Et pourquoi "Havré" maintenant ? C'est le nom d'une commune belge wallonne de la province de Hainaut. Le quartier de Tourcoing où se trouve notre hospice comporte plusieurs rues portant le nom de villes transfrontalières (Tourcoing jouxte la Belgique). L'ancien Hospice est ainsi situé à l'angle des rues de Tournai et d'Havré, deux communes belges.

Plus profondément, il faut s'intéresser à l'histoire de la seigneurie de Havré, originaire de la Maison de Croÿ, pour démêler les pourquoi et les comment de l'histoire de la dénomination "Hospice d'Havré", tâche historique trop lourde pour nos maigres compétences et dépassant largement le cadre de notre article essentiellement illustratif.




La chapelle du XVIIè siècle

Vue de la chapelle depuis la rue de Tournai :

Photo Hospice d'Havré, Tourcoing - Chapelle, rue de Tournai




Le Cloître de l'Hospice des XVIIè et XVIIIè siècles

L'aile nord du cloître :

Rédectoire de l'Hospice d'Havré (vue extérieure rue de Tournai, Tourcoing)


L'aile Sud, faisant face au jardin, vue depuis la rue Salembien :

Le réfectoire de l'Hospice d'Havré, vu depuis les jardins intérieurs




Le jardin public de l'hospice

Cet espace vert en plein centre ville est accessible au public de 13h30 à 18h (sauf le mardi et les jours fériés). Il n'est pas très vaste, mais il y fait un bon calme, imprégné de présences du passé.

Ci-dessous, les carrés de plantes médicinales face à l'aile Sud du cloître (plantes utilisées pour les soins dispensés aux pensionnaires dès le Moyen Âge).

Le jardin de l'hospice d'Havré à tourcoing


Ci-dessous, une vue panoramique du jardin avec le restaurant "Le Paradoxe" à gauche, l'aile Sud du cloître à droite et la chapelle au centre en arrière-plan (derrière nous se trouve le calvaire, invisible par conséquent sur ce cliché) :

Carrés de plantes du jardin de l'Hospice d'Havré

Bassin à jets d'eau, ambiance clapotis... :

Photo Hospice d'Havré, Tourcoing - Jardin et bassin




La salle de spectacle

Une salle de spectacles intimistes (107 places max) accueille des programmations nationales et internationales, dont certaines du Tourcoing Jazz Festival.
Réservations en billetterie sur place ou sur le Web, par exemple à partir de Google (clic).

La rue d'Havré et le chemin vers la salle de spectacle :

La rue d'Havré et l'entrée de la Maison Folie

L'entrée vers la cour intérieure de l'Hospice où se trouve l'entrée de la salle de spectacle, avec la façade latérale du Restaurant "Le Paradoxe" sur la droite :

Cloître de l'Hospice d'Havré et Restaurant Paradoxe sur la droite


L'accueil / billetterie de la salle de spectacle :

Entrée de la salle de spectacle de la Maison Folie

Billetterie salle spectacle Maison Folie

Le Hall d'entrée de la salle de spectacle et la salle elle-même en arrière plan




La cour de l'Hospice et son saule

Reflets de lumières dans le magnifique saule pleureur de la cour :

Le cloître de l'Hospice d'Havré avec son saule pleureur

Portrait en pied du même saule pleureur :

Saule pleureur du cloître de l'hospice




Toilettes publiques

Des toilettes accessibles au public se trouvent dans les galeries du cloître :




Accès personnes à mobilité réduite

L'ensemble des lieux est accessible aux personnes handicapées ou à mobilité réduite :





Merci de votre visite

Poursuivez votre découverte des lieux
avec nos articles détaillés sur :

➡️ la Chapelle de l'Hospice, son autel et son retable, classés monuments historiques  📷 47 photos
➡️ le Cloître, ses galeries et ses culs-de-lampe 📷 44 photos
➡️ le Calvaire situé dans le jardin de l'Hospice 📷 10 photos
➡️ le Jardin, le mail, ses bassins et ses carrés botaniques 📷 16 photos