Fronton Mairie Tourcoing

Marie de Tourcoing - Sculpture du Fronton
  • Mairie de Tourcoing.
  • Place Victor Hassebroucq.
  • Quartier Centre Ville.

La façade de l'hôtel de ville présente, sur son fronton, une sculpture réalisée par Félix Huidiez en 1885. Photographies et description.

Trois personnages apparaissent : une femme au centre, un homme à sa droite et une femme à sa gauche. Ils sont tous trois allégoriques, exprimant beaucoup de la symbolique mythologique gréco-romaine : Victoire au centre, Industrie à droite et Abondance à gauche, illustrant le développement économique considérable de Tourcoing au 19è siècle.


✤ ✤ ✤
Cliquez sur les illustrations pour les voir en diaporama plein écran
✤ ✤ ✤



Agence Pattou et Associés : « La structure urbaine de la ville de Tourcoing est issue d'un long processus d'organisation de l'espace qui débute dès le XIè siècle à l'aube de la cité jusqu'à l'époque actuelle comme dans la majorité de nos villes européennes. La spécificité de Tourcoing est néanmoins à découvrir  lors de l'accélération du processus d'urbanisation lié à la prédominance de l'économie industrielle aux XIXè et XXè siècles (...). » (Étude d'une mise en oeuvre d'une ZPPAUP à Tourcoing, page 10, 2003)


Vue lointaine du fonton, dôme et de son campanile :

Mairie Tourcoing - Dôme et campanile - 2020

Façade de la Mairie de Tourcoing, Septembre 2020



Allégorie de la Victoire

Au centre, le personnage féminin représente la déesse romaine ailée Victoire vêtue d'une longue robe, tête-nue, sein gauche nu, tendant des couronnes de laurier, une dans chaque main, aux vainqueurs assis à ses côtés : sur sa droite, un homme tenant dans sa main droite un marteau posé sur une enclume, une roue crantée, engrenage industriel, derrière lui ; sur sa gauche, une femme enlaçant de ses deux bras une corne d'abondance débordante de fleurs et de fruits et touchant presque de son pied gauche une petite niche placée derrière elle :



Victoire est la reprise de Niké, une autre divinité, plus ancienne, grecque, déjà connue à Éphèse, l'une des plus anciennes cités grecques d'Ionie en Asie mineure. Niké représentait elle aussi la victoire, ailée elle aussi, sein nu elle aussi, tendant elle aussi à bout de bras une couronne de laurier. À noter que la marque Nike reprend donc cette évocation mythologique de la victoire.


Gros plan sur le visage et le buste de la Victoire tourquennoise :

Allégorie de la Victoire - Fronton Mairie de Tourcoing


Elle est plutôt jolie. Le sculpteur Félix Huidiez a la main délicate :

Félix Huidiez, Sculpteur - Mairie de Tourcoing.


Assise tout au bord du fronton, au-dessus du vide, espérons qu'elle ne tombe pas :





Allégorie de l'Industrie, du Travail

Personnage détouré et placé devant les engrenages du Musée du Carillon de l'église Saint Christophe, pour accentuer l'effet Industrie :

Allégorie de l'Industrie - Marie de Tourcoing



Mise en évidence du marteau, de l'enclume et de l'engrenage :

Tourcoing Industrie - Marteau, enclume, engrenage.


Vulcain - Héphaïstos ?

S'agirait-il ici d'un Vulcain, dieu romain du feu, de la forge et patron des forgerons, incarnant l'origine de l'humanité industrieuse ? Vénus, déesse de la Beauté était son épouse, mais aussi Maia préalablement, associée à la Croissance en tant que fertilité (croissance végétale, la pousse), mais dont il n'est pas interdit de faire résonner en nous le sens de Croissance économique puisqu'il s'agit avec cette sculpture d'un hymne au développement économique fulgurant de Tourcoing au 19è siècle.

Ce Vulcain descend de son aîné grec antique Héphaïstos, dieu du feu, de la forge et de la métallurgie et dont les attributs étaient déjà le marteau et l'enclume.

Cependant, Vulcain/Héphaïstos est certes classiquement représenté en tant qu'homme musculeux avec enclume et marteau, mais aussi barbu. Ce n'est pas le cas ici. Ainsi faudrait-il peut-être penser à une allégorie du Travail ?



Allégorie de l'Abondance


Allégorie de Abondance - Mairie de Tourcoing

Pour renforcer ci-dessus l'effet de cette Abondance fructueuse, nous avons placé en arrière-plan quelques détails de l'oeuvre attribuée au peintre italien Caravage, intitulée "Nature morte aux fruits", datée entre 1601 et 1605.


Encore une fois, Abondance est à l'origine une divinité grecque, reprise par les romains, que les artistes de l'époque représentaient comme une jeune nymphe, portant un léger embonpoint (ce qui n'est pas le cas ici), tenant en main une corne d'abondance d'où sortent fleurs et fruits. Il s'agit initialement de la corne de la chèvre mythologique Amalthée, ayant nourri dans son enfance le maître des Dieux grecs lui-même, Zeus. Certains génies protecteurs des villes de la Grèce antique tenaient eux aussi une telle corne d'abondance, qui devint plus tard un des attributs de la Paix, de la Concorde, de la Fécondité, de la Libéralité, de la Félicité publique, et de la Victoire.

La corne d'Abondance symbolise une source inépuisable de bienfaits, de prospérité. Elle caractérise toujours une entité favorable.

On constate que notre jeune femme possède une... abondante... chevelure, retombant en désordre sur ses épaules et même tout le long de son dos. C'est classiquement un des attributs de la déesse romaine Cérès cette fois, déesse de l'Agriculture et des moissons, antérieurement Déméter chez les Grecs, et très associée chez eux à la terre.

On remarque d'ailleurs une hutte derrière elle qui ressemble fort aux petits greniers anciens qu'on construisait à part des habitations pour y stocker grains et céréales, ancêtre du silo, version toute originelle des banques où l'on dépose les fruits des labeurs.


Mise en évidence des attributs mentionnés :

Allégorie de l'Abondance - Mairie de Tourcoing, Fronton.

Hôtel de ville Tourcoing - Sculpture du Fronton


Abondance ou Agriculture ?

Ce personnage de gauche ne pourrait-il pas représenter l'Agriculture ? Car l'Agriculture aux côtés de l'Industrie, voilà qui semblerait s'inscrire dans la théorisation classique des développements économiques des sociétés (d'abord le secteur 1, agricole, puis le secteur 2, industriel).

Mais les allégories de l'Agriculture présentent presque toujours une gerbe ou un épis de maïs, souvent accompagnée d'une faucille. Sinon, elles mettent en scène le geste de semer des graines et comprennent la présence d'un panier, d'une charrue ou d'une houe. Par ailleurs, l'Agriculture est classiquement représentée en femme abondamment vêtue, capuche sur le chef, à moins que sa coiffure ne soit parsemée d'épis de maïs. Sa poitrine sera lourde, ses hanches larges, pour insister sur ce qui tourne autour de la fertilité, de la fécondité et de la puissance nourricière.

Tous ces attributs n'apparaissent manifestement pas ici. C'est pourquoi il faudra plus probablement pencher vers la représentation de l'Abondance.

NB : quand on parle du marteau et de la faucille, difficile de ne pas penser au communisme. Ces deux objets, utilisés depuis 1917/18 pour représenter le communisme, en deviennent le symbole officiel en 1922.  Le marteau symbolisant le prolétariat ouvrier, et la faucille les paysans. Une telle référence est hors de propos ici, mais nous la signalons pour le simple plaisir de la culture générale.




Le sculpteur Félix Huidiez

Cet artiste a réalisé nombre d'oeuvres parmi lesquelles :
  • les ornements du portail de l'église Saint-Maurice de Lille, les 6 anges de la nef, le tympan et 4 statues, en 1874.
  • les frontons de la Préfecture de Lille, place de la République, en 1874/75.
  • le groupe sculpté en ronde bosse figurant une allégorie de la Charité surmontant le portail principal de l'ancien hospice du même nom à Lille, à l'angle des boulevards Montebello et de Metz, devenu aujourd'hui le Lycée International Montebello.

L'entrée principale de la Préfecture de Lille.
Au-dessus de l'horloge, fronton de Huidiez :






Poursuivre la Visite de la Mairie