Monument Gustave Dron

Monument Gustave Dron, Tourcoing
  • Parvis de la Laïcité, Tourcoing.
  • Quartier Centre Ville.
Inauguré en 1935, ce monument du sculpteur Alexandre Descatoire et de style Art Déco est inscrit à l'Inventaire général du Patrimoine architectural (base Mérimée). Il fut érigé à la mémoire du médecin député-maire de Tourcoing et sénateur du Nord Gustave Dron (1856-1930). Plusieurs fois déplacé, il s'élève aujourd'hui sur le parvis de la Laïcité qui lui doit son nom.


✤ ✤ ✤
Cliquez sur les photos pour la voir en Diaporama plein écran.
✤ ✤ ✤



Cet angle de vue montre bien le caractère Art Déco du monument avec sa colonne interminable fuyant vers le ciel symbolisant la grandeur, la hauteur de l'homme Gustave Dron :



De face et en contre-plongée, on perçoit la dimension autoritaire que cette sculpture donne à Gustave Dron au regard volontaire et fixé droit devant lui :

Monument à Gustave Dron, Tourcoing 2020

Statue Gustave Dron, Tourcoing 2020



Focalisation sur la canne et le chapeau melon :





Parvis de la Laïcité

Le carrefour des rue d'Havré, rue Faidherbe, rue Lehoucq et avenue Gustave Dron a été baptisé Parvis de la Laïcité, en mémoire de Gustave Dron précisément, où se trouve donc sa statue depuis 1982.


Elle se trouve ci-dessous parmi les arbres. On en distingue ici que le socle.
Centre de Gaulle sur la gauche et → Immeuble Art Déco des Arcades (voir notre article)  sur la droite :





Automne 2018 (21 octobre) :



Automne 2020 (27 octobre) :



De nuit, 3 août 2020, 23h56 :

Monument hommage à Gustave Dron, de nuit


En arrière du monument, sur le côté droit de l'avenue Gustave Dron, se trouve la première des → cinq Résidences Dron (voir notre article) :




Détails du socle

Détails illustrant les oeuvres sanitaires et sociales inaugurées par Gustave Dron.
Ex.: sauvegarde des nourrissons, laiterie de la Bourgogne, dispensaire d'hygiène sociale, organisation de l'enseignement professionnel post-scolaire, école des beaux-arts, bourse et chambre de commerce.



Bas-relief présentant les oeuvres sociales réalisée par le Maire que la qualité de médecin a rendu particulièrement sensible à la précarité sanitaire de l'existence ouvrière de l'époque dont les enfants mourraient beaucoup en bas-âge. Son attention s'est alors dirigée vers le soin aux nourissons pour lesquels il a créé l'institution de la "Sauvegarde des Nourrissons", la "Laiterie de la Bourgogne" destinée à fournir aux enfants un lait de qualité exempt d'agents pathogènes, ainsi que le "Dispensaire d'hygiène sociale" :







Caméra vidéoprotection




Historique

Sculpté par Alexandre Descatoire, érigé par l'architecte Édouard Monestes, ce monument fut inauguré en 1935 par Édouard Herriot, ministre d'État.

Bruno Simon, dans son ➤ Mémoire en Histoire contemporaine sur Gustave Dron de 1988, précise en page 118 que :
« C'est à l'initiative de son ami Pierre Deborgher, adjoint au maire et membre de la Solidarité, que fut organisé un comité pour l'érection d'un monument à Dron. La première réunion se tint dans sa maison du 18 rue des Piats, le 16 août 1931, à la veille du premier anniversaire de sa mort. Auguste Potié fut nommé président de ce comité, avec pour vice-présidents Edmond Labbé, Mme Urbain-Robbe et Eugène  Robaeys. »
« C'est suite aux démarches en hauts-lieux du sénateur Potié et aux souscriptions de fonds que le projet aboutit le dimanche 17 mars 1935. Ce jour-là en effet, Tourcoing accueillait une grande figure du monde politique français en général et du radicalisme en particulier, pour l'inauguration du monument. On avait choisi originellement de le situer dans la perspective de l'avenue de la gare, qui prendra plus tard le nom du député-maire et sénateur du Nord (de récents aménagements ont obligé le déplacement du monument). »
« Ce grand personnage qui devait inaugurer le monument, dont la statue semble encore aujourd'hui veiller sur la ville, était Édouard Hérriot, maire de Lyon, député, sénateur, alors ministre d'État, chef rénovateur du parti Radical et ancien chef du Cartel des Gauches. Mais cela, c'est déjà une autre histoire... » 



50è anniversaire de l'inauguration : articles de Nord Éclair 17 et 31 mars, 1985, 14 avril 1985. La revue Le Broutteux en parle dans ses n° 161, 162 et 163.



Gustave DRON




Regards modernes

Une hyper contre-plongée de trois quart arrière donne l'impression d'avoir affaire à une oeuvre moderne et abstraite :

Monument Dron, Tourcoing - Regard Art Moderne