Rue du Niot

Tourcoing, Rue du Niot
  • Quartier Centre Ville.

Une des plus anciennes rues de Tourcoing, très longue à l'origine et dont il ne reste plus  aujourd'hui qu'un petit tronçon de 130 mètres.


✤ ✤ ✤
Cliquez sur les photos pour les voir en diaporama plein écran.
✤ ✤ ✤



Le rond point Niot Ursulines Anges Watteeuw

On accède à la rue du Niot via un rond point situé au centre de la rue des Ursulines ouvrant aussi sur la rue des Anges et la rue Jules Watteeuw :
Rond Point, Rue Niot et Ursulines, Tourcoing








Dans la rue

La rue "à l'envers", rond point tout au fond :



De l'autre côté du rond point, les premières maisons de la rue Jules Watteeuw, où se trouve la → Maison du Broutteux :




On se retourne : résidence Turenne en arrière-plan, derrière laquelle se trouve la ➤ rue Chanzy :




Les logements "Chanzy" de la rue du Niot, bordés de quelques arbres. Heureusement que la rue en possède encore quelques-uns car les arbres participent très probablement à l'origine du nom de la rue (voir la partie Histoire en bas de cet article) :



L'angle de la fin de la rue du Niot donnant dans la rue de Turenne après le stop :

Photographies de Tourcoing - Rue du Niot 2020


Après cet angle, rue de Turenne sur notre gauche désormais :





Quelques façades de maisons












Histoire

La rue existait déjà aux temps des seigneurs, nous apprend l'historien local Jean Odoux (écrivant ici sous le pseudonyme de Jean Christophe) :
Jean Christophe : « Au temps des seigneurs, cette ruelle, bordée de fossés, conduisait depuis le château du Bailli jusqu'au Flocon. Elle passait par le Marché au Charbon (aujourd'hui place Charles et Albert Roussel), la rue des Ursulines, la rue du Sentier. Une partie s'est appelée, au XVIIIè siècle, rue des Anges. De la ruelle du Niot, il ne reste plus aujourd'hui d'un tronçon entre la rue des Ursulines et la rue de Turenne. » (Si les rues de Tourcoing m'étaient contées, page 58)


D'où vient ce nom de Niot ? Son origine touche aux ruisseaux, surtout aux arbres les bordant et aux oiseaux y faisant leurs nids :
Jean Christophe : « Dans le manuscrit au XVIè siècle retrouvé dans le clocher [de l'église Saint Christophe], le nom s'écrit "Neuhiot". À partir de ce mot, M. Fernand Carton [Docteur ès Lettres], donne comme origine du nom "nidalis". Il ne s'agirait pas de "noï : noyé" comme on le croyait. "Niot ne veut pas dire 'noyé' écrit M. Carton. J'ai recherché des niot, nyo, niau, dans l'ancien picard. Le mot apparaît plus d'une fois et veut dire nichée... de la source latine 'nidalis' qui a rapport au nid." C'est une forme de 'niais' qui signifiait jadis : oiseau encore au nid. Il existe beaucoup de petits ruisseaux en France et des personnes qui portent ce nom. M. Carton conclut que le Niot était un ruisseau qui a donné son nom à la rue comme le Trichon, à Roubaix, le Clinquet et les Piats à Tourcoing. Des saules, qu'on appelait autrefois des halots, bordaient peut-être le ruisseau. Les oiseaux venaient nombreux nicher dans les branches, sans se douter jamais qu'ils donneraient un nom à la rue et bien du mal à ceux qui chercheraient à dévoiler le mystère du mot "Niot". » (Ibid., page 59)

Pavage de la rue :
Jean Christophe : « En 1725, les habitants adressèrent une requête au bailli pour obtenir le pavage de la rue en raison des "mauvais creux" et du "fossé périlleux". (...) Avec ses vieilles maisons, aux portes "à barré", et ses pavés mal joints, la rue resta longtemps le lieu le plus pittoresque de Tourcoing. » (Ibid., page 59)