Église Saint-Éloi

  • Rue du Docteur Dupont, Tourcoing. 
  • Quartier Blanc Seau. 
Appartenant à la paroisse du doyenné de Tourcoing, l'église Saint-Éloi, construite de 1846 à 1850 à l'extrême sud de la commune, permit aux fidèles de ne plus avoir à traverser toute la ville pour se rendre à l'église Saint-Christophe du centre ville.

7 ans plus tôt, c'est l'Église Saint-Joseph de la Croix-Rouge qui sortait de Terre, en 1839.



✤ ✤ ✤
Cliquez sur les photos pour les voir en diaporama plein écran.
✤ ✤ ✤



Horaires des messes


Horaires des messes : Église Saint-Éloi, Tourcoing, 2020




Photographies


Tout au fond du boulevard Contantin Descat, derrière la rue de Mouvaux,
on aperçoit le clocher de l'église :

Boulevard Constantin Descat, Tourcoing, 2020


Rue de Mouvaux dans le dos cette fois, l'église se dresse au milieu de l'étroite rue du Docteur Dupont qui continue derrière elle et débouche sur Wasquehal et Roubaix, limitrophes à cet endroit. On se trouve donc ici à l'extrême limite de Tourcoing Sud et au carrefour des trois communes :

Église Saint-Éloi, Tourcoing - 2020


Le tout petit parvis :






Quelques gros plans :









Prise de vue du clocher depuis la passerelle ou pont des canotiers de Wasquehal, enjambant le canal de Roubaix et la voie rapide D656 :





Éléments historiques

Certaines sources mentionnent la fin du 19è siècle pour la construction de cet édifice. Toutefois l'historien Jacques Ameye, au chapitre XI du très sérieux ouvrage Histoire de Tourcoing, indique que cette église aurait été bâtie plus tôt, de 1846 à 1850, et sous le très long ministère (de 1828 à 1876) du chanoine tourquennois Philippe-Joseph Deregnaucourt, curé-doyen de Saint-Christophe : 
Jacques Ameye, parlant du chanoine Deregnaucourt : « Infatigable bâtisseur d'églises nouvelles sous la monarchie de juillet, il agrandit l'église Saint Christophe de 1858 à 1865, malgré les déboires financiers qui lui a causés de 1846 à 1850 la construction de Saint Éloi, au Blanc Seau. » (Histoire de Tourcoing, sous la direction d'Alain Lottin, 1986, chapitre XI, page 198)


On retrouve d'ailleurs ces informations chronologiques dans l'ouvrage que Mgr Henri-Joseph Leblanc consacra en 1877 au Doyen-Curé Philippe-Joseph Deregnaucourt, expliquant pourquoi, à cause d'une mauvaise situation économique dans le Tourcoing de l'époque, les travaux s'étalèrent sur plusieurs années :
M. l'abbé Leblanc : « Église St-Éloi - 1846. Il y a à l'extrémité de la paroisse St-Christophe, mais à l'opposé du hameau de la Croix-Rouge, un autre centre de population, qui n'était ni moins digne que le premier, ni moins désireux d'avoir une Église : c'est le hameau appelé vulgairement le Blanc-Seau. Pour réussir  dans ce nouveau projet, et n'avoir plus à solliciter  le concours de ses paroissiens, M. le Doyen s'y prit autrement que la première fois [à savoir pour la construction de la nouvelle Église Saint Joseph en 1839, dans le hameau de la Croix-Rouge] (...). Il essaya de faire ce qu'on pourrait appeler une spéculation, une bonne affaire, dans les intentions les plus pures du monde. Il acheta donc un vaste terrain, en prit ce qu'il fallait pour son projet ; mit le reste en vente, espérant trouver par là des ressources pour faire face à tout. C'est ainsi que se trouva construite l'Église St-Éloi. Les événements, hélas !, ne lui donnèrent pas raison. C'était en 1846. On entrait dans une période de mauvais jours. Les affaires ralentissaient de jour en jour ; l'ouvrage manquait ; pour comble, la disette n'allait pas tarder à se faire sentir (...). Malgré le soin qu'il eût de se retrancher tout superflu, de se mettre, pour cela, en pension, au collège, afin de faire des économies ; il se trouvait encore, à la fin de l'année 1849, sous le coup d'une véritable détresse. » (Biographe de Maître Philippe-Joseph Deregnaucourt, chapitre III, section XI, pages 134 et suivantes).